Case: Floréac

Bart Van Hoye est assistant marketing chez Floréac et Microflor, deux filiales du groupe Floré, une entreprise horticole basée à Lochristi. S’il ne recherchait au départ qu’un rédacteur anglophone, il a finalement trouvé en Blue Lines un partenaire de rédaction et de traduction.

Floréac

« Je travaille depuis vingt ans dans l’horticulture ornementale, un secteur qui a fortement évolué au fil des années. Floréac distribue des plantes en pot prêtes à la vente, et ce dans toute l’Europe. Nous sommes actuellement surtout actifs sur les marchés anglais, allemand et français. La demande des pays scandinaves va croissant, tandis que les marchés polonais et hongrois montrent eux aussi des signes d’intérêt. Nous sommes confrontés à une pression de plus en plus forte pour fournir ces nouveaux marchés. » 

« Tandis que nous nous contentions auparavant de publier une brochure énumérant les produits et les prix pour nos clients B2B, nous rédigeons aujourd’hui un magazine à part entière. Nous approfondissons la relation avec nos différents fournisseurs, élaborons des thèmes complets, dressons le portrait de nos clients. Cette évolution nous pousse à créer toujours plus de contenu. » 

« Au départ, nous avons tenté de tout faire nous-mêmes. Mais lorsque l’ampleur et le contenu du magazine ont augmenté, nous avons dû faire appel à un rédacteur professionnel. J’ai suivi une formation en écriture pour mieux me sensibiliser à la rédaction et à la création de contenu, et c’est là que l’on m’a conseillé de travailler avec Blue Lines. J’étais initialement à la recherche de rédacteurs anglophones, et celui que vous nous avez immédiatement déniché était excellent. Depuis lors, nous avons embauché un rédacteur interne qui se charge de créer tout le contenu. Vu le succès de notre première collaboration, je savais déjà que je confierais la traduction de ce contenu à Blue Lines. » 

« Nous tenons à ce que notre contenu soit traduit par un locuteur natif, c’est l’une de nos principales exigences en matière de traduction. Floréac emploie beaucoup de Français et quelques Britanniques, à qui je demande de relire chaque traduction avant publication, car ils maîtrisent parfaitement le jargon. Alors que nous devions auparavant presque toujours réécrire une bonne partie du texte parce que la langue ne semblait pas suffisamment « maternelle », nous n’avons aujourd’hui pratiquement plus aucune remarque. Cela met en confiance. Si dans un avenir proche nous devons faire traduire notre contenu en hongrois, finlandais ou polonais, nous ferons certainement appel à vous. » 

« Avec l’expansion de notre entreprise dans toute l’Europe, je m’efforce de toujours trouver des solutions belges. Pouvoir collaborer avec une entreprise gantoise constitue donc à mes yeux un énorme atout. Penser mondial, acheter local ! Le fait que l’agence soutienne tout comme moi les Buffalo’s, c’est juste un bonus. » (rires) 

Demander un devis ?

Demandez une offre sans engagement et jugez par vous-même. Nous serions ravis de mettre les points sur vos « i ».

Demander un devis